L’Inauguration des ruines

L’Inauguration des ruines

Roman fleuve et roman puzzle : j'ai mis une bonne trentaire d'années, et une quarantaine d'ouvrages publiés ici et là, avant d'oser me donner la liberté d'écrire ce gros roman-collage. Je voulais jouer avec le romanesque, mais un romanesque contemporain. Ce texte mêle donc les récits, les personnages, l'Histoire, l'économie, l'architecture, le social, les rêves, en sautant de scènes réalistes en scènes étranges, d'articles de journal en chansons de rues, de poèmes en stratégies d'entreprise, et de péripéties érotiques en déambulations urbaines. Le rythme en est volontairement très soutenu, pour rebondir sans cesse d'un évènement à l'autre. Mais en m'appuyant sur le cadre solide d'un "roman de dynastie" (quatre générations d'industriels, donc quatre grandes parties et une forte contrainte chronologique), j'espère que cette prolifération de fragments et ces jeux d'écriture(s) conserve une cohérence ferme pour le lecteur. On m'a dit que ce roman se lisait comme un feuilleton, mais un feuilleton du XXIème siècle. Si tel était le cas, j'en serais enchanté : c'est ce que je souhaitais réaliser.

tous les textes et les photos de ce site appartiennent à Jean Noël Blanc, sauf mention contraire - droits réservés.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×